Yves Huguenin est à la tête d’une entreprise prospère, qui a su investir au bon moment pour se différencier de ses concurrents. Ce dynamique patron répond à nos questions.

Yves, comment est née HTP ?

En 1998, avec l’idée de proposer deux prestations complémentaires, la démolition et le terrassement. Depuis, notre activité s’est accentuée dans la démolition, où nous figurons aujourd’hui parmi les leaders genevois.

Nous comptons actuellement 75 collaborateurs, répartis entre la démolition et l’excavation.

Une nouvelle pelle Volvo dotée d’un bras de 27 mètres

Une nouvelle pelle Volvo dotée d’un bras de 27 mètres

Pourquoi avez-vous privilégié la démolition ?

C’est un métier en soi qui requiert un équipement et une ingénierie spécifiques. Nous avons choisi de nous déployer dans ce domaine, car il se situe en amont du terrassement, où la concurrence est aussi plus forte. De plus, le fait de prendre en charge la démolition nous offre un avantage concurrentiel naturel pour la suite des opérations.

Une nouvelle pelle Volvo dotée d’un bras de 27 mètres

Une nouvelle pelle Volvo dotée d’un bras de 27 mètres

 

Comment vous démarquez-vous face à vos concurrents ?

Outre notre expérience, nous sommes bien équipés, avec en avant-première genevoise une nouvelle pelle Volvo dotée d’un bras de 27 mètres. Avec cette machine, nous intervenons mécaniquement sur les zones difficiles d’accès, avec une sécurité optimale pour les ouvriers. Nous sommes aussi parmi les seuls à concasser des graves directement sur site. Pour nos clients, c’est une valeur ajoutée économique et écologique certaine.

Quelles perspectives cet équipement vous ouvre-t-il ?

Nous visons les projets PAV. Néanmoins, nous répondons à tous types de travaux pour des maîtres d’ouvrage composés d’architectes, de promoteurs, de services de l’État, de chantiers privés.

Comment gagnez-vous vos missions ?

Essentiellement sur appels d’offres, où nous présentons des dossiers détaillés et un mode opératoire clair. Mais le prix reste la composante décisive.

Vous accueillez des apprentis ?

Actuellement, nous formons 3 jeunes dans la filière « constructeur de route ».

Comment êtes-vous arrivé au GGE ?

Dès la création de HTP, nous nous sommes affiliés à la caisse de pension GGE et avons recouru au service des paies. Quelques années après, je suis entré au comité, puis ai assuré la présidence du Groupement pendant 5 ans, jusqu’à l’arrivée de Philippe Caillet, qui m’a succédé.

Pelle Volvo EC480DHR

Pelle Volvo EC480DHR

 

Pour vous, quelles sont les forces du GGE ?

C’est un groupement novateur, avec un excellent secrétaire et un président de valeur.

Le GGE fournit des prestations et des conseils précieux pour les affiliés.
C’est une belle institution, très professionnelle.

Une nouvelle pelle Volvo dotée d’un bras de 27 mètres

Une nouvelle pelle Volvo dotée d’un bras de 27 mètres

 

L’avenir ?

Nous préparons la relève et sommes en veille opérationnelle permanente sur les chantiers du canton, en particulier PAV. Cependant, la concurrence s’intensifie et nous devons constamment actualiser nos processus pour conserver notre compétitivité.