Notre secteur d’activité est particulièrement touché par le travail au noir. Celui-ci induit une double tromperie, réunissant le travailleur et l’employeur dans la fraude et les sanctions qui en découlent.
Le travail au noir constitue pour certains entrepreneurs une solution d’urgence ou un moyen de remporter une soumission. En réalité, c’est une pratique déloyale qui porte préjudice à l’ensemble de la profession, et par extension à l’économie tout entière :

  • l’affaiblissement des recettes fiscales et des assurances sociales;
  • un rapport inéquitable entre l’entreprise et le travailleur
  • la suppression du droit du travailleur aux prestations des assurances sociales
  • la sous-enchère salariale et l’exploitation des travailleurs.
  • une érosion malsaine des prix du marché et une dégradation de la qualité des prestations.

Le GGE se veut un groupement exemplaire. S’il exclut sans délai les membres affiliés qui se rendraient coupables de travail clandestin, il propose en revanche un soutien actif aux entreprises pour les aider à gagner en compétitivité dans le strict cadre de la Loi :

  • aide à l’élaboration des offres
  • aide à la prise en charge des missions
  • aide à la structuration administrative de l’entreprise
  • conseils sur l’optimisation des processus de l’entreprise
  • conseils sur l’investissement.

Le GGE est un organisme dynamique, citoyen, qui peut aider les entreprises à trouver une position forte sur leur marché. Ses affiliés sont tous signataires de sa charte de déontologie. Que vous soyez affilié ou futur affilié, n’hésitez pas à consulter le secrétariat du GGE pour obtenir les conseils qui vous feront gagner !

Philippe Caillet